Retour
Publié le 17/11/2022

Cure d’austérité au Royaume Uni / BFM BUSINESS

RETOUR EN HAUT DE PAGE

Un budget d’austérité pour nos voisins du Royaume uni !

Le Royaume Uni connait sa plus forte crise inflationniste depuis plus de 40 ans avec une inflation à plus de 11%. Le PIB devrait baisser de 1,4% pour l’année 2023.

55 millards de £. C’est le montant d’économies prévues suite aux mesures prises par le gouvernement de Rishi Sunak

Quelles sont les mesures annoncées par le gouvernement britannique?

  • Taxation sur les géants énergétiques. Augmentation de 25% à 35% la contribution financière de ces entreprises.
  • Baisse des dépenses publique et hausse impôts. Contribution plus lourde pour les plus fortunés. Le seuil de tranche supérieur de revenu à 45% est abaissé de 150 000 £ à 125 000 £ ce qui concerne 250 000 personnes supplémentaires
  • Plafond facture énergétique sur 1 an passe de 2500 à 3000 £ pour les particuliers

Ces mesures ont pour objectif de calmer le marché financier britannique qui est en difficulté suite au bref passage de Liz Truss. Cette dernière a creusé un trou de 30 milliards de £ dans le budget britannique en seulement 44 jours.

Il faut rappeler que les promesses de campagne ProBrexit de 2016 étaient : une nourriture, des énergies et carburants moins chers ainsi que des impôts moins élevés. C’est tout le contraire que subissent aujourd’hui les britanniques. De nombreux économistes affirment que sans le Brexit la Grande Bretagne aurait évité ce plan d’austérité.
Le Brexit à mis la Grande Bretagne en difficultés; cette dernière est isolée. On évoque la potentielle signature d’accord de libre échange avec les Etats-Unis, pays qui ne s’était pas positionné pour ou contre le Brexit en 2016.

 

Un autre sujet d’actualité, la crise du marché immobilier neuf, mauvaise passe pour les promoteurs ? 

Le secteur de l’immobilier emploie indirectement 2 à 3 millions de personnes en France.

Plusieurs experts dénoncent l’orientation prise par les collectivités territoriales qui préfèrent se concentrer à rénover des logements vieillissants (qui sont considérés par certains comme des “passoires énergétiques”) au lieu de construire des nouveaux logements durables. Le coût de construction peut dans certains cas être moins important que les coûts de la rénovation et réparation d’anciens logements.
Certaines villes refusent de construire. Certains experts pensent qu’il faut que l’état lance un programme à l’échelle nationale pour obliger les mairies et collectivités territoriales à miser sur la construction de nouveaux logements.

De meilleurs logements permettent une meilleure qualité de vie, des meilleures conditions de vie ainsi que favoriser l’emploi local. Les ventes totales dans le secteur immobilier ont diminué de 30% au 3ème trimestre 2022.

58% des français propriétaires de leur résidence principale. 61% des ménages possèdent un bien immobilier. (seulement 20% pour -30ans)